Sur les chemins des Minoens sur l’Ile de Candie …

Découverte de l’Ouest de la CRÈTE, par les chemins, du nord au sud, Mai 2018

Nous étions 18 randonneurs enthousiastes à l’idée de découvrir la Crète, son histoire, ses paysages, sa gastronomie et ses sentiers de randonnée, en cette fin du mois de Mai .

C’est à Héraklion, la capitale, que nous atterrîmes après avoir aperçu les Alpes enneigées et les contours très découpés des îles grecques. CHRYSSA, notre partenaire locale, nous accueillit chaleureusement. Avec Colette, elles nous ont concocté un programme varié, adapté à nos envies. L’itinéraire nous conduit de villes en villages sur toute la partie ouest de l’île.

Nous serons accompagnés par PENELOPE, notre guide pendant ce séjour. Elle nous propose, parfois, une  pause  dans nos efforts, pour nous donner des informations sur la mythologie, l’histoire, la faune, la flore ou la vie quotidienne en Crête. Avec une particularité cocasse : commencer une explication et d’un coup s’arrêter ; nous nous amusions de cette façon fantaisiste de présenter les choses. « Vous saurez la suite en haut de cette montagne », déclarait-elle en riant. Gaie, souriante, avenante, et parfaitement cultivée, elle a su nous intéresser tout au long de notre séjour.

Nous avons traversé les fameuses gorges de Samaria, aux parois hautes de 300 m, et resserrée de 3 m par endroit ! Des buissons de lauriers roses colorent le fond de la gorge jalonnée de cailloux et de roches monumentales. C’est impressionnant ! Dans les gorges d’Aradena plus sauvages, les chèvres (ou kri-kri) et leurs petits se perchent un peu partout sur les rochers, y compris sur des escarpements incroyables. Quelques vautours survolent les gorges. Cette nature nous domine, mais sans susciter d’angoisse chez les randonneurs poitevins …

Nous avons longé la mer de Lybie durant deux journées sur un sentier minéral offrant des vues superbes sur cette côte très découpée, aux plages de sable gris et aux eaux turquoises qui ont séduit les baigneurs du groupe. Le vent du sud y est clément. Dame, les côtes africaines ne sont qu’à une centaine de kilomètres !

Arrivée par les chemins à Loutro

Les chemins escarpés et panoramiques aux superbes aplombs nous saisissent ; c’est ainsi qu’ au détour du chemin,  nous avons découvert une carte postale : Loutro et ses maisons toutes blanches et bleues, nichées dans une anse de la montagne et léchées d’une eau turquoise. Le plaisir du bain après les efforts de la marche ponctue alors la journée.

Sur les hauteurs de la corniche

Ces randonnées, c’est aussi la découverte des chapelles blanches qui émergent ci et là, les monastères médiévaux, le plateau d’Omalo, le sentier E4, sans oublier les vieux villages avec de vénérables oliviers multi-centenaires. C’est encore le plaisir des senteurs généreuses du thym sauvage et des grosses touffes de sarriette en fleurs qu’on frôle en marchant et qui exhalent leurs puissants parfums.

A peu de distance de La Canée, au pied des Montagnes Blanches, nous avons apprécié le Parc botanique planté de centaines d’arbres, d’herbes aromatiques et de fleurs fabuleuses, dont de nombreuses espèces endémiques. C’est un vrai coin de paradis unique.

A table ? Que de bons moments partagés autour de plats variés, colorés et très goûteux : tzaziki, dolmas, ragoûts de viande ou de légumes, ou sortes de crêpes fourrées au fromage de brebis … Chacun pique la fourchette dans les différents plats ; ils sont tous plus savoureux les uns que les autres : légumes variés, aromates, fromages et bien sûr la reine, l’huile d’olive, et le miel. Le repas se termine avec le traditionnel raki, eau-de-vie de raisin artisanale, autant pour célébrer le partage entre amis que pour faciliter la digestion !

Nous sommes revenus ravis de ce circuit riche en découvertes, effectué sous un soleil radieux et dans une ambiance chaleureuse.

Un grand merci à CHRYSSA, PENELOPE et COLETTE.                      

Laurence et Michel