Temps mitigé …

Crachin, déluge, flotte, ondée ou averse, quand les choses sont mal embarquées …

 

La randonnée par beau temps ensoleillé sur les chemins fleuris, surtout du côté d’Epinal et ses traditionnelles images, vous connaissez …

Et le randonneur consulte presque autant la météo que le marin ou le skieur ! « Ça devrait être bon demain ; ça va le faire après-demain … »

Et on le comprend, ce marcheur prudent ou celui qui, devant la cheminée, scrute anxieusement les vagues de nuages noirs qui ne cessent de défiler devant ses yeux tourmentés ! Et s’ils restent au chaud et à l’abri, nul ne leur jettera la pierre – sauf quelques-uns ? tu crois ? …

Mais une fois qu’on est parti sur ce chemin si plaisant, si les nuées se profilent à l’horizon, eh bien, on garde le moral et il n’y a plus qu’une chose à faire : récupérer au fond du sac à dos cette cape de pluie qui ne manque jamais au paquetage du randonneur avisé.

Les rouges, les vertes ou les bleues fleurissent alors, les simples ou les respirantes, les emballantes ou les succinctes, et chacun disparaît ainsi derrière un accoutrement qui donne une silhouette impersonnelle. Seul, le bout du nez reste juste apparent, et encore ! Bon cœur et mauvaise fortune font encore bon ménage …

Qui n’a pas connu alors ces marches où les commentaires cèdent la place à un renoncement seulement dirigé vers ses pieds et chaque pas qu’il faut ajouter au précédent, à ce but qu’on a identifié dans … 5 km, ou dans 1 heure ou 2 … On s’enfonce alors dans une résistance intérieure personnelle muette où se mêlent quelques souvenirs heureux d’occupations simples, de goûters joyeux ou de musiques apaisantes …

Tais-toi et marche, autrement dit … « Y’en a qui sont bloqués dans leurs voitures dans les bouchons du périph, à cette heure ! » lance Christophe. Ouais, on se marre, mais rapidement …

« Quelques gouttes ont roulé dans ma manche … »

«… Mes pieds sont pas en train de s’humidifier, là ? »

Allez, c’est pas un petit déluge qui va nous atteindre le moral ! Et on le sait, après la pluie, finira bien par arriver un répit ! – ce serait bien qu’il ne tarde pas trop celui-là quand même …

Michel

Un vrai temps de … lochon ! : cliquez sur la première image pour lancer le diaporama

Rando RAQUETTES ~ 1ère partie

Mi mars, c’est le retour de notre traditionnelle rando pyrénéenne avec raquettes !
Première partie d’un compte-rendu à 4 mains :

C’est le privilège des amateurs de marche libérés de leurs obligations professionnelles que de partir dès le mercredi ! Ainsi, nous voici à pied d’œuvre sur place pour 2 jours de mise en jambe, en petit comité, dès le mercredi après-midi.

Le temps est doux mais les sommets nous appellent. Pour un premier jour, allons voir du côté de Barèges. Beaucoup de monde sur le parking avec les congés scolaires, mais nous devrions trouver quelques secteurs pour nos raquettes à neige.

On enfile, on capelle, on souque ! Et en avant !

Au début, on détonne entre skieurs et surfeurs qui viennent vers nous, et promeneurs marchant joyeusement en compagnie de gamins enthousiastes.

Un vallon ensoleillé nous inspire bientôt le long du ruisseau Dets Coubous. Là, nous ne gênerons pas les myriades de skieurs attirés vers le bas !

Sur la route vers le Tourmalet …

Direction vers le sud, face au soleil, il fait 14° et la crème solaire se fait indispensable.

Les conditions sont parfaites, et très vite, nous sommes les seuls à grimper vers la pente et, au loin, la barre des sommets, le pic de Néouvielle. Irons-nous jusque là-bas ?

Le corps s’allège quant le sac se remplit. On avance en tee-shirt, manches relevées.

Quel superbe paysage ! Et le plaisir de la marche apparaît majoré dans ces montagnes où on est les seuls ! Pas un bruit … Presque le monde entier pour nous … !

Dans une pente à 35% !

Pour notre deuxième journée, quelques échanges avec d’autres amateurs nous confirment d’aller sur les pentes de Luz-Ardiden.

Mini-petite station, connue des skieurs de randonnée et des groupes scolaires. La route communale vers le col du Lisey, enneigée en cette période, sert de piste-raquettes et nous fait monter doucement vers le sommet. Chaud, on ouvre largement nos vestes et quittons les bonnets ; les gants deviennent de trop.

Au col, par contre, on retrouve le vent froid : il s’agit de se couvrir sans attendre. Les estomacs crient, faut les satisfaire ! Un coin, à peu près à l’abri et permettant de s’asseoir fera l’affaire. Entourés par les jeunes du collège qui ont le même appétit que nous, nous sacrifions au deuxième plaisir de la rando…

Redescente tranquille en ajoutant une boucle supplémentaire dans les combes forestières à l’abri. Ciel de tableau surréaliste face à nous ! Quel temps, la météo nous réservera-t-elle pour la suite … ?

Effort en descente …


On devrait recevoir quelques nouvelles du gros de la troupe qui nous rejoindra pour les deux journées suivantes d’ici peu …

Michel Q

Au détour du circuit, j’ai croqué du grand cru !

Un WEEKEND sur les hauteurs de la Dordogne
du 13 au 15 octobre 2017

         Pour la dernière grande sortie de cette année 2017, dix-neuf randonneurs se sont retrouvés en Dordogne, à Sainte-Foy-La-Grande. Après les effusions joyeuses des retrouvailles, nous voilà partis sur les bords de la Dordogne à la recherche d’un bel endroit pour pique-niquer. Une fois repris des forces, le groupe se remit en marche pour une randonnée de 18 km à travers monts, vallons et forêts, dont une « belle grimpette » ! Nous avons pu également admirer sur ce parcours quelques très anciens moulins dont certains encore munis de leurs ailes : moulins de la FERAILLE, de la ROUQUETTE et de PONTCHAPT … Nous n’avons pas pu jouer les « Don Quichotte »… Depuis le moulin de la ROUQUETTE, s’offrait à nous une très belle vue sur la Dordogne verdoyante et calme.

Après cette balade ensoleillée, nous avons flâné dans les rues de la ville qui abrite quelques anciennes et belles demeures. La fin de journée impose de reprendre la route pour gagner notre hébergement « Les Maisons de Gréal » situé à PESSAC SUR DORDOGNE, en Gironde.

Le soir nous rassemblait autour du coin bar du gîte, pour un moment très agréable et convivial, orchestré de mains de maître par notre barmaid préférée, Florence .
Une douche réparatrice et un bon repas plus tard, bien fatigués par cette longue journée, rien de tel qu’une bonne nuit pour retrouver la forme.

Vous voulez en savoir plus ?

Une dernière sortie collective pour cette année

Fin de l’année et pas que pour les écoliers : le pique-nique de fin de saison à Monts-sur-Guesnes : un grand merci à Claudine pour son montage photo et son bilan !

Un résumé de la journée entre Forêt de Scévolles et Guesnes

Sortie à Guesnes le dimanche 2 juillet

La dernière sortie de l’année s’est faite au cœur de la forêt de Scévolles, près du parc de loisirs de Guesnes. Une trentaine de marcheurs se sont retrouvés pour une bonne marche, avant un barbecue, mené de main de maître par Michel, accompagné de savoureuses entrées et desserts préparés par les participants.

Malgré un temps un peu maussade la pluie nous a épargnés le temps de la marche du matin et du repas.

Lors de la rando de l’après midi, où nous avons découvert une tour de garde et des cabanes acadiennes, la pluie nous a rattrapés, sans entamer notre bonne humeur.

Quelques unes se sont lancées dans un long entraînement : siffler avec deux doigts. Interrogation orale en septembre ! [NDLR]

Une belle journée pour clôturer la saison.

Claudine

 

Au détour du chemin en plein cratère de Rochechouart …

Au Détour du Chemin à la recherche des traces d’une ancienne, très ancienne, météorite dans notre région ! Voyez plutôt …

Pour le texte, cliquez sur le lien suivant : article-rochechouart

Et les photos :

 

 

Marche aquatique à l’Île de Ré

On l’appelle la marche de l’Empereur : Avec la marche aquatique, immergez-vous jusqu’à la taille dans l’eau de mer, marchez et effectuez quelques exercices de gym !

Faites le plein d’oxygène, profitez d’un air iodé et vivifiant, optimisez votre condition physique et votre capacité d’endurance, stimulez votre circulation sanguine, sollicitez sans contrainte vos articulations, vos tendons et vos muscles, et dépensez efficacement vos calories : en hiver, avec une eau avoisinant les 10 degrés, un quart d’heure d’activité correspond à une heure de jogging.