Week-end de marche en montagne

Nous sommes 14 randonneurs prêts à découvrir et profiter de la montagne enneigée dans les Pyrénées ! Direction le Gîte des Moulins d’Isaby à VILLELONGUE  où Jeanine nous attend avec un feu dans la cheminée pour un accueil très chaleureux. Et c’est autour de délicieuses crêpes

Huumm !

confectionnées par Sylvie que nous commençons la soirée.

Notre guide JULIEN nous avait bien signalé que la neige n’était pas au rendez-vous et que les chaussures montantes de rando et nos bâtons étaient les bienvenus.

Ce samedi, il vient nous rejoindre de bon matin et nous accompagne jusqu’à la Vallée de la Fruitière pour une montée au Lac d’Estom. Bien couverts au départ et sous un beau soleil toute la journée nous grimpons tranquillement ; nous ne verrons que quelques petites plaques de neige de-ci de-là, puis des zones gelées qui nous demandent d’être plus attentifs à la marche. Julien nous nomme les monts environnants : Pic d’Estom, Pic d’Estibe, Pic du Labas (tout enneigé face à nous), le Courounalas. Il nous parle d’un animal endémique de cette région et qui suscite bien des controverses : le desman appelé vulgairement le «rat-trompette» : mammifère et insectivore en voie de disparition.

L’hiver sans neige en montagne …

Nous déjeunons près du Lac d’Estom -1804 m- en grande partie gelé. Ensuite, c’est un demi-tour du Lac que Julien nous propose, pour digérer,  avec quelques passages plus délicats et enneigés qui lui permettront de tester nos capacités …

Retour tranquille aux voitures vers 16h30. La soirée se déroule gentiment, jeux et échanges après un délicieux repas.

Dimanche, direction le Mont de GEZ. Julien vient nous rejoindre avec une surprise, sa chienne OKA.  Nous apprécions beaucoup sa compagnie tout au long de la journée. C’est d’Argelès-Gazost que nous partons dans ce massif calcaire, anciennement vallée glacière et qui présente de multiples moraines.

Au loin par ce beau temps dégagé, on voit le Pic du Midi de Bigorre avec son antenne, Luz Ardiden, et le Petit Gabizos -2639m- que Julien nous signale avoir descendu à ski.

Arrêt en haut du Mont de GEZ (1097m) pour déjeuner. Oka fait l’animation.

Chemin faisant, en descendant, quelques fleurs bordent notre chemin : hépatique bleue, violette, potentille. C’est à 14h 50 que nous retrouvons les voitures : bien trop tôt pour arrêter la balade, aussi Julien nous propose de continuer jusqu’à Argelès, et tout de même 600 m de dénivelés dans la journée. Pour certains c’est bien assez. Tous, nous sommes ravis de cette seconde journée ensoleillée qui se termine par une soirée festive.

Voilà deux sorties complètement différentes quant aux paysages. Chacun revient ravi de ce séjour et pense déjà à l’année prochaine en espérant que la neige soit, cette fois, au rendez-vous …

par Laurence, pour le groupe

Les images ici !

Découverte …

Des skieurs à Fontaine le Comte ? Un entraînement à la diminution de l’enneigement hivernal ? Un exercice de renforcement musculaire ? Non non, rien de tout ça ! Juste une séance de découverte de l’usage des bâtons à ressort “Bungy Pump” proposée au groupe de marche nordique, ce matin-là.

Dans l’association “Au détour du Chemin”, on est curieux de toutes les pratiques de marche. Aujourd’hui, nous sommes invités à tester une nouvelle version de bâtons de marche. Alors, avant de s’élancer sur les chemins, un échauffement et quelques explications pratiques sur l’emploi des bâtons “Bungy Pump”, et en avant !

Le Bungy Pump est une nouvelle activité à la FFRandonnée avec un nouveau type de bâtons à ressorts, une variante plus tonique de la marche nordique.

C’est une discipline en plein essor  : sport loisir, fitness, forme, santé, cette nouvelle discipline allie tous les avantages que l’on peut rechercher en pratiquant une activité sportive.

« Elle améliore la posture des marcheurs, fait brûler plus de calories et sollicite presque tous les muscles du corps ! Cela reste une discipline sportive douce accessible à tout le monde, et qui a déjà conquis beaucoup de Français » – article “20 minutes”, d’après le site de la Fédération française de Randonnée.

On peut cliquer sur les images pour les agrandir.

Marcher en Charentaises …

Un week-end de marches en charentaises (en options charentaises !)

Pour faire un bon week-end de marches sur la côte charentaise, vous prenez une bonne équipe d’amateurs menée par une bonne équipe d’organisateurs ; vous proposez cela au printemps et prenez l’option « beau temps et soleil » !

Ainsi ce dernier week-end d’avril, une trentaine de marcheurs d’« Au-Détour-Du-Chemin » prit la route vers Royan et la Charente Maritime, ses plages de sable fin et ses forêts côtières.

Pour ces 3 jours sportifs, nous retrouvons un coach familier, Thierry, qui endossera la triple casquette d’organisateur, de planificateur des circuits et de meneur de marche nordique !

Dans la forêt de la Coubre

Le pique-nique avalé, direction la Forêt de la Coubre autour de St Palais / St Augustin pour 2 randos parallèles, un groupe en marche nordique, sur 11 km sous le couvert des arbres et sur les multiples sentiers sablonneux qui quadrillent les bois. Sur leur trace, un second groupe a décidé de marcher sans bâtons. Conditions idéales, sans vent ni grosse chaleur ! Seul bémol, les moustiques nous surveillent de près !

Au soir, moment de détente en commun avant la nuitée en mobiles-home au camping local.

Réveil aux aurores le lendemain car cette fois, nous marcherons sur l’île d’Oléron. Après une approche via la campagne, les zones d’affinage des huîtres et le passage sur le pont avant les ralentissements habituels, cap sur les plages du sud, Saint Trojan et la Pointe de Gatseau.

Cette fois, au diable les sentiers, nous marchons sur la plage, face à l’océan, en profitant de la marée basse. On remonte les plages de la Giraudière puis des Allasins en fouinant coquillages (sans crustacés!) et en s’amusant des va-et-vient des gravelots à collier sur le nez des vagues qui viennent mourir sur le sable.

La Plage du Pertuis de Maumusson et ses déchets d’arbres

Une traversée de l’île nous ramène sur les chemins couverts. Il est 13 h 00, « quand est-ce qu’on mange ? ». C’est que le pique-nique du jour est tout bonnement exceptionnel : au menu, assiette composée d’huîtres et de crevettes accompagnée d’un verre de Pineau d’Oléron et de vin blanc tout aussi local, cépage « colombard » ! Le régal ! Dire que la pause dans une clairière mi-ombre mi-soleil fut agréable n’est pas exagéré … Pour Mehmet, « le petit bleu », ce fût même une première, ces huîtres !

La rando nous ramène sur la côte est, vers le Port des Salînes, avec une présentation des marais-salants emblématiques d’Europe et un retour par les bois avec alternance chaud soleil, et vent d’ouest frais à découvert.

Troisième jour déjà, le temps est moins enthousiasmant, couvert voire humide, et vent du large, froid. Ce matin, les inscrits à la marche aquatique se demandent s’ils ont fait le bon choix … L’autre option, marche libre sur le front de mer à Royan, café-croissants, doit être pas mal aussi !

Nous voilà au milieu de la Grande Conche rhabillés en pingouins et prêts à goûter l’eau. « 14 degrés » a prévenu l’animateur ! Ils sont 4 plus un animateur en formation, du groupe ROMACRoyan Marche Aquatique Côtière – à nous encadrer. Consignes, précautions, théorie … et, une fois échauffés, à l’eau !

Marche aquatique à Royan : même pas froid !

Cette heure de longe-côte va finalement ravir les quatorze participants ! Passées les premières dix minutes, le corps s’est habitué et on ne souffre pas de la température, nos combinaisons en néoprène ajustées permettant que la pellicule d’eau au contact du corps soit à 30° ! L’activité est physique, on pousse sur les jambes, on tire avec les bras, les exercices s’enchaînent en solo, à deux, en groupe ! On apprend même la technique de course en double où le deuxième a des mouvements parfaitement synchrones avec son meneur. En 30 secondes, vous êtes … rincé !

C’était un baptême pour le groupe des « sisters corsaires », les Sylvie-Kathy-Nathalie, toutes enchantées !

Et cette séance se termine par une collation bien chaude et quelques tranches de brioche vendéenne ! Le réconfort après l’effort ! Merci aux amis du club de Royan ! On vous invite à St Cyr pour une 2ème séance … ?

Une petite marche pour se remettre au pas et un gros pique-nique final, il est l’heure de se quitter. Salut les Charentaises, adieu Thierry ! N’oublie pas de guetter le vorace goéland et la tendre mouette rieuse cette fois !

Michel Q

Plein succès pour la rando de la Chandeleur à Poitiers ouest

La Nouvelle république du 5/02/2023

On peut cliquer sur la 1ère image, on peut ensuite cliquer sur “icomme informations :

Balade de fin janvier du côté de Boivre-la-Vallée

Voici quelques images de notre dernière marche du mois de janvier : cliquez sur la première image, le diaporama se mettra en route.

Si vous cliquez sur le 2ème symbole (les 4 croix opposées), les images seront visibles en grand écran.

Cliquez sur la croix de fermeture pour terminer.

Balade de fin d'hiver
« de 11 »

Le groupe Jura très fort !

En randonnée sur le massif du Jura

Nous étions 27 marcheurs ayant pris la direction du Jura pour une semaine de septembre 2021. Après une halte pique-nique à Paray le Monial, tout droit, enfin presque … !

Logés au Château de La Haye, en pleine campagne, près de Champagnole, chacun s’est installé. Une grande salle nous permettait de nous retrouver pour le dîner ou pour l’apéro, grand moment de convivialité après l’effort. Côté organisation, chaque soir, les occupants d’une voiture avaient pour mission de préparer le repas, quartier libre pour les autres randonneurs ! Initiative remarquée et remarquable ! Chacun a tenu son rôle avec beaucoup de “sérieux” et dans une très bonne ambiance.

Quelques faits marquants de la semaine :Cliquez sur la première image, le diaporama se déroulera ensuite tout seul.

– A partir de Fort de Plasne en passant par Fonçines le Bas nous avons découvert les Gorges de la Saine : sur 18 km, dans un cadre magique, le cours de la rivière rassemble des gorges en cascades et des gouffres en points de vue. Ce tumultueux torrent a bien mérité son classement de site protégé.

– Randonnée à travers les vignes de Château-Chalons réputées pour son vin jaune, visite du village typique et son musée retraçant la vie dans la Haute-Seille.

– Le Mont D’or, point culminant du département du Doubs (1463 m), proche de la station de ski de Métabief : une journée bien remplie, certains ont même raté le point de départ et se sont retrouvés … en Suisse ! Ils ont dû faire demi-tour “ à toute vitesse” ! Les douaniers n’ont rien compris … !

19 km de marche à partir de Tavins, pratiquement la matinée à grimper jusqu’aux crêtes en passant brièvement par le canton de Vaud. Arrêt pique-nique au sommet avec une vue splendide sur la Suisse mais chaîne des Alpes et le Mont-Blanc, masqués par les nuages, dommage !

– Beaume les Messieurs proche de Lons le Saunier : cette randonnée de 18 km, avec un départ réellement abrupt, nous a conduits sur la “reculée” – fond de vallée jurassienne bordée de falaises et se terminant en cul-de-sac, NDLR –  surplombant la vallée avec des falaises de 200 m ! Vue exceptionnelle sur le village et son abbaye impériale.

– Départ de Salin les Bains vers le Mont Poupet à 850 m d’altitude, 17 km de randonnée avec une option diverticule moins pénible qu’un groupe a suivi. Arrivés au sommet, vue imprenable sur les plaines et les monts du Jura et du belvédère. Après le pique-nique, redescente vers notre point de départ et les grandes salines classées au patrimoine de l’UNESCO, une conférencière nous retraçant l’activité du sel depuis le 8ème siècle. Salins les Bains a su tirer profit de la présence de sources naturelles d’eaux salées et de leur exploitation.

– Direction le village de Commenailles à une heure de route, randonnée de 18 km : cette rando nous a permis de découvrir ces constructions typiques de cette région, “ les maisons et fermes bressannes”. Un habitat rural qui se caractérise par la longueur du corps de ferme alliant la brique et le bois, les plus anciennes fermes étant couvertes de torchis.

Il eut été dommage d’oublier la visite de la maison du vigneron pour conclure cette journée : connaître le vin du Jura passait naturellement par une dégustation des différents breuvages et plus particulièrement le vin jaune et le vin de paille, spécialités du Jura. Dégustations riches en arômes.

Ainsi prend fin une semaine passionnante, après une centaine de km parcourus. Nous voici prêts pour la suite.

d’après le carnet de voyage de Lionel

cliquez sur la première image, le diaporama se déroulera ensuite tout seul.