La dernière randonnée : ça ne sentirait pas les champignons par ici …?

Notre séjour en Ardèche dans les premiers jours de septembre 2022

Après une première nuit en mobil-home au camping de Chambon sur Lignon, nous avons beaucoup apprécié l’accueil que nous ont réservé Audrey et Vincent, sur le site remarquable d’un ancien moulin à papier, dans le vallon du Trifoulou au bord de la rivière du Lignon et du mythique chemin de Saint-Jacques de Compostelle : le Moulin de la Papeterie, à l’histoire étonnante. Dans cette immense bâtisse du XVIIème siècle, chacun a pu, à tour de rôle, enfiler le tablier et s’improviser serveur, cuisinier ou sommelier…. sous l’œil responsable de Colette.

Avoir l’œil avisé et le pied agile, telles furent les qualités requises pour ce séjour à la frontière de la Haute Loire et de l’Ardèche.

Le pied agile pour passer la passerelle himalayenne des gorges du Lignon à Crazac , longue de 268 mètres (la plus longue de France !) ou la passerelle sur la Daronne, qui balançait beaucoup. Le pied agile pour gravir et descendre le Suc de Lisieux, sommet local à 1388 mètres, avec une vue alentours à 360° ou longer le lac de Devesset, entouré de forêt de sapins et jalonné de charmantes criques.

Passerelle tibétaine de Grazac

L’œil avisé pour observer les milans royaux dans les airs, les cèpes dans les bois, les coulemelles dans les prés et la musaraigne qui nous grignote nos champignons.

En plein effort

Et puis, nous avons exploré le temps, en prenant place à bord du « train à vapeur de l’Ardèche » n° 403 de 1932 qui a remonté les gorges du Doux, ponctuant son trajet à coups de sifflet à vapeur. Nous avons pu visiter le château de Montivert avec une guide conférencière passionnée, visiter l’abbatiale de Lalouvesc où gît le corps de Sainte Thérèse Coudert dans un sarcophage de verre, la crypte et la dévotion à Saint Régis. Nous ne sommes pas restés sans voix, ni voie devant la chapelle de Saint Voy …. Ah j’oubliais les lits en cathédrale !!! Magnifique patrimoine culturel de notre association !!

Notre séjour, réglé comme du papier à musique dans notre splendide ancienne papeterie, est passé à toute vitesse, malgré l’allure débonnaire du train à vapeur et notre allure à nous, cherchant les « boletus edulis »  « 2 de tens’ » à Tence…

Au château de Montivert

Décidément, ce séjour ne nous laissera que de bons souvenirs !

Les bizuts, Kathy & Guy