Sur les chemins basques

Le 4 septembre nous étions 25 randonneurs à partir pour un périple au Pays Basque.
Départ avec la pluie, mais rien ne nous arrête, ni ne gâche notre moral. Nous avons bien fait car nous n’aurons, finalement, qu’une matinée de pluie cette semaine-là.
Première étape Cambo les Bains : au programme une petite rando de 9 km, histoire de nous mettre en jambe !

Le lendemain réveil avec le soleil. Deux options pimentées sont proposées : une balade autour d’Espelette ou ascension du Pic du Mondarrain avec une sacrée montée et un panorama à 360° jusqu’à la mer. En fin d’après-midi, visite de la chocolaterie Antton où nous avons suivi un autre chemin, celui des fèves de cacao à travers le monde, avant de déguster ces délicieux chocolats qui nous ont fait tous craquer, voire pleurer – ceux au piment – de plaisir …
Troisième jour, c’est avec la pluie que nous nous réveillons. Mais, tout le monde le sait, il en faut plus que ça pour entamer notre bonne humeur. Certains en ont profité pour aller faire quelques emplettes en Espagne, pendant que d’autres, restés au sec, tapaient le carton.
Le soleil revenu, nous avons grimpé l’après-midi au sommet du Mont Baigura. De là-haut, le paysage époustouflant nous a charmés !

Autre intérêt, la découverte de la flore et de la faune  : les fameux pottoks (de petits chevaux laissés en liberté dans les montagnes), vautours et moutons. Un petit passage délicat en descendant, passé sans problème.

Déjà jeudi. Rando d’Hendaye vers Saint Jean de Luz, par le sentier du littoral, agréable en bord de mer. Sur le chemin du retour, arrêt obligé à Sare pour visiter le musée du gâteau Basque et bien sûr goûter au fameux dessert, après un cours de cuisine obligé ! La porte ouverte à un concours, au retour peut-être …
Vendredi, dernière rando de 9 km avec une belle grimpette aux environs des Aldudes pendant qu’un autre groupe crapahute sur les crêtes d’Iparla, à 1000 m d’altitude, en observant en dessous d’eux le ballet des vautours. Pour terminer, visite pour tous, d’un élevage de « cochons à culs noirs », la race locale qui faillit se perdre, et dégustation (de leurs jambons !) Mmm !!! Un délice !
Chaque soir, détente apéritive sur la terrasse du superbe gîte d’Itxassou, face à la montagne et aux lueurs du couchant. Inutile de dire que les repas du soir  étaient joyeux et bien copieux…
Voilà, déjà samedi. Départ vers la Bastide Clairence pour la visite de son église et de son cimetière si particulier, ses boutiques artisanales sur la place, et son exposition de poterie .
Un grand merci aux organisateurs et organisatrices de ce merveilleux séjour.

CD, CM et MQ