Une dernière rando sur le GR5

Pour achever notre circuit sur le GR 5 (« nommé La traversée des Alpes« ) commencé en juillet 2015 à Thonon les Bains, cette dernière étape était donc, cet été, la 5ème, et il nous fallait aller de St Etienne de Tinée jusqu’à Menton, soit 132 km. Nous étions treize randonneurs motivés, sans oublier « Kiki » notre mascotte installée sur le sac à dos de Christophe.

Cette rando nous a fait traverser le Parc du Mercantour et la Vallée des Merveilles, itinéraire au cœur de la nature. En marche !

Dans les alpes 2019

Une variété de paysages s’offre à nous : bassins, vallées et cols, parfois difficiles à franchir – dix sont à plus de 2 000 m d’altitude – et quelques 8231 m de dénivelé positif. Tous, nous sommes plein de courage et le groupe avance bien sous un beau soleil. Ici c’est le terrain de jeux des marmottes, bouquetins et chamois, aperçus parfois tout près de nous. Mais c’est aussi un jardin de fleurs aux couleurs vives qui nous enchantent ; ainsi nous avons pu voir l’edelweiss. Les efforts sont quotidiens et l’entraide parfois nécessaire pour avancer dans ces décors exceptionnels. Dans la Vallée des Merveilles, site protégé, nous avons eu la chance de rencontrer un guide du parc qui nous a expliqué comment et où découvrir les gravures sur les rochers : corniformes, attelages, « visage du Christ ». Un site unique et remarquable réputé, le point fort de ce trek à l’évidence ! Encore loin de l’arrivée au « Pas du Diable », il nous semble pourtant apercevoir, tout là-bas, la grande bleue avec la Baie des Anges devant Nice …. un mirage ? …

pause au sommet

Les journées ne se terminent pas sans une petite mousse qui est l’occasion d’échanger sur la journée. Les repas servis dans les refuges furent les bien-venus, copieux et savoureux. Chaque soir, un nouveau lieu pour la nuit, avec son lot de surprises, mais aussi de fous rires : le fil à linge indispensable tendu comme on peut, les escaliers si raides ou les inévitables ronflements …

Nous avons terminé à Sospel, belle ville que nous visiterons le soir,  et c’est en train que nous rejoignons Menton. Chacun a pu flâner et y déguster les spécialités locales comme ces boissons citronnées si appréciées de Roger… Ainsi nous terminons notre circuit, les yeux remplis de belles images et des noms tels que Madone de Fenestre, Boréon, Pas des Ladres, Roure, St Dalmas, Reguge de Nice, Camp d’Argent en mémoire comme les moments forts de notre parcours. Je crois que nous pouvons être fiers d’avoir réussi ce circuit qui côtoie les plus hauts sommets du Mercantour, ceux-là qui flirtent avec les 3000 mètres !

Laurence R, pour le groupe des randonneurs