Cuisine d’avril : le petit soleil de nos prairies …

Eloge du pissenlit

 » … Louons, enfin, l’aigrette du pissenlit, chef d’œuvre d’équilibre aérien, et dont les « poils » plumeux sont de merveilleux parachutes offerts aux courants ascensionnels. Voici, dans tous les cas, une fleur que l’on tient généralement en peu d’estime, au point de la considérer comme malfaisante, comme le chardon et l’ortie, mais que nous estimons notamment pour son éclat qui l’apparente au soleil, car le « florion d’or » tient son discret prestige du feu du ciel « .

Paul Caso, Les italiques du SOIR.  in Eloge du pissenlit

« Je ne sais pas si c’est à cause de son nom mais le pissenlit n’est guère populaire dans les jardins bourgeois. Vite la tondeuse, vite la sarcleuse et zut ces racines, quelle peste, elles s’en vont profond vers le centre de la terre…

Normal: la tête du pissenlit, elle, est un merveilleux petit soleil. C’est une si jolie fleur, comment peut-on la détester à ce point?

Il y a des jours où je me pose des questions existentielles. Bien sûr, c’est invasif, le pissenlit. Mais quelle plante ne l’est pas? Pourquoi se réjouit-on de la forêt magique du bois de Hal et se lamente-t-on de quelques pauvres petits pissenlits ? En plus c’est bon à manger. N’essayez pas avec le muguet, si amplement apprécié en ce début mai!

Moi, j’aime le pissenlit. Vive le pissenlit ! Vive le pissenlit libre !  « 
photo

http://extime.jeanrebuffat.com/

C’est un sujet de saison, vous l’avez remarqué lors de vos promenades, autant dans nos jardins que sur les chemins que nous aimons parcourir ou dans les prés où ils explosent ce mois-ci !

Des randonneurs ont suggéré d’initier cette nouvelle rubrique d’échange entre nous par une recette gourmande : le vin de pissenlit. La voici et merci à Cathy (ça rime !) :

Il vous faudra :

1 kg de fleurs de pissenlit (pas de tiges !) ; 4 l d’eau de source ; 0,5 kg de raisins secs ; 1,750 kg de sucre ; 3 oranges et 2 citrons bios.

La meilleure période de récolte est comprise entre le 15 mars et le 15 avril en fonction de la floraison des pissenlits.

Couvrez les fleurs avec l’eau bouillante et remuez. Laissez macérer pendant 48 h, en remuant 2 ou 3 fois le récipient.

Exprimez alors le jus, filtrez et ajoutez le sucre, les raisins et les agrumes coupés en six. Remuez pour dissoudre le sucre. Couvrez d’un linge fin et d’un couvercle non-étanche.

Remuez 2 à 3 fois/semaine. Au bout de 2 à 3 mois, la fermentation est terminée : filtrez au papier filtre et mettez en bouteilles. (Attention, ne bouchez pas les bouteilles tout de suite).

Patientez encore deux bons mois avant de déguster – avec modération ! – ce merveilleux vin jaune d’or qui peut titrer jusqu’à 12 degrés !

d’après le livre Saveurs printanières de FLEURS SAUVAGES par A-J et B Bertrand, « Editions de Terran , Le nouveau regard sur la nature ».